Les mammies brushingués et emperlousées d'Enghien au garde à vous devant le buffet : pas de doute, jeudi soir, il y avait un vernissage au Centre des arts. Christophe découvrait leurs pratiques sauvages avec un certain amusement. Moi, je dois avouer que ces mémères réac' (il faut entendre leurs commentaires devant les œuvres exposées, du style “Je sais bien qu'il faut que les artistes vivent, mais quand même...”), qui se jettent sur les petits fours comme des pittbulls affamés sur leur pâtée, me font de moins en moins rire.

Cette fois-ci, l'artiste invitée est la designer Matali Crasset**. Une femme au look étonnant, coiffée comme Jeanne d'Arc et tout d'orange vêtue, qui se baladait sans la ramener au milieu des visiteurs, semblant guetter leurs réactions. Or, ses prototypes de meubles n'ont rien de spectaculaire. Ce qui a fait dire à Anouk : “Maman, c'est un peu bête, non ?” Si c'est bête, c'est dans le sens : "C'est tout bête, mais encore fallait-il y penser !” Et de fait, elle invente des meubles qui remplissent plusieurs fonctions : une chaise avec deux ventaux qui peuvent servir de desserte ou de repose-tête. Un fauteuil qui se transforme un bureau... D'ailleurs, Christophe compte bien s'inspirer de ce bureau polymorphe pour en fabriquer un pour Anouk.

Entendant sa sœur, Claire, qui ne voulait pas être en reste, s'est mise à glapir : “Maman, c'est nul !” A quelques mètres de la designer... J'ai regardé Claire d'un air surpris, et je lui ai demandé : “Mais qui es-tu, petite ? Elle est où ta maman ? Tu veux que je t'emmène à la DDASS ou que j'appelle l'ogre ?” Même pas vrai, mais j'aurais dû, tellement elle m'a foutu la honte !

Dans le petit film ci-dessous, vous entendrez Matali Crasset parler de l'exposition, mêlant propositions de mobilier et animations numériques. Comme d'habitude, cette vidéo c'est plus “Claire et Anouk se baladant dans l'expo” que "Panorama de la jeune création”. Mais si j'étais critique d'art, vous vous en seriez déjà aperçus...

* © Christophe
** L'expo "Hyperactif/New Territories” a lieu jusqu'au 22 mars. L'entrée est libre. Enghien, c'est à 10 minutes de Saint-Lazare. Il y a plein de parkings bon marché dans la ville, dont un attenant au Centre des arts (12, rue de la Libération). Très bon salon de thé avenue du Général de Gaulle (contrairement aux apparences, je ne suis pas sponsorisée par l'Office du tourisme :)).


MATALI CRASSET A ENGHIEN
envoyé par karmara93