26 septembre 2008

AU BOUT DU ROULEAU

Je sais, vous préférez quand j’aborde des sujets légers... Mais, quelquefois, il faut savoir traiter les questions de fond. C’est comme ça qu’on peut espérer faire avancer les choses. Certes, ce ne sont que gouttes d’eau, mais les petites gouttes font les grandes rivières. Ou un truc dans ce genre.

Le sujet dont je voudrais vous entretenir est celui du scandale des distributeurs de papier toilette dans les WC publics : cafés, restaus, centres commerciaux…
Qui n’a connu ce moment de grande solitude où la main se tend vers un dérouleur... vide ? On peut ensuite agonir d’insultes le gérant du restau pour se venger ou, mieux, lui serrer la main sans avoir lavé les siennes... Mais ce n’est jamais plaisant d’être au bout du rouleau...

Mais il y a encore plus mesquin – le dévidoir vide ne relevant souvent que d’une négligence humaine –, c’est le dévidoir qui ne dévide pas.
On est là, dans une position peu flatteuse, sur une lunette qui ne nous a même pas été présentée, la partie habituellement la plus cachée de notre anatomie en plein courant d'air, et la main tendue vers cet objet à l’esthétique grossière, en quête d’une feuille de papier de qualité douteuse. Et pas moyen d'en trouver le bout !

La main furète, en vain, fait tourner le rouleau et n’arrive pas à saisir quoi que ce soit. L’énervement gagne. C’est bon, on va pas y passer la nuit non plus. En désespoir de cause, on arrache un morceau de papier au milieu du rouleau. Et on se retrouve avec quelques lambeaux inutilisables dans la main. Autre option : on chope enfin l’extrémité, mais pris dans son élan, on tire tellement fort que dix mètres de papier viennent décorer le sol, douteux, des toilettes !

N’oublions pas le dernier cas de figure, le dérouleur radin. Que vous tiriez avec la brutalité d’un catcheur texan ou la finesse d’une dentellière du Puy, il ne vous vient dans les mains que quelques cm2 de papier fin comme du papier à cigarette. Même une mouche anorexique ne pourrait pas se torcher avec.
Ce modèle est le plus fréquent, car le plus économique. Il fait le bonheur des managers. “Consommation de papier Q cette semaine au MacDau de Gennevilliers ?” “Un demi-rouleau, chef” “C’est bien, mon brave ! Prochain objectif : trois feuilles !”

En conclusion, une question se pose : est-il vraiment nécessaire que j'illustre ce post ? (Et qui vient de dire : “Etait-il nécessaire de l'écrire ?”)

Posté par Karmara à 10:53 - Commentaires [19] - Permalien [#]


Commentaires sur AU BOUT DU ROULEAU

    Ah non non mais tu fais bien, on croirait pas comme ça, mais ce genre de problème concerne tout le monde, même le Pape [quoi qu'une visite papale au McDonald's de Gennevilliers semble peu plausible dans un avenir proche].

    Le bon geste dans ce genre de cas c'est surtout de contrôler l'efficacité du dispositif de distribution papetière AVANT de commettre l'irréparable. Je sais, je sais, on y pense pas toujours, mais cela peu sauver des vies du ridicule.

    On devrait en faire une cause face de bouc, tiens, il faut que les gens soient informés.

    Posté par dpc, 26 septembre 2008 à 11:38 | | Répondre
  • ma solution : le paquet de mouchoirs en papier au fond du sac; Ca m'a déjà sauvé plusieurs fois.

    Un sujet pour le monsieur du 13H : Le retour du pq artisanal, à base de vieux journaux.

    ..en plus, c'est très développement durable...

    Posté par Soeur Anne, 26 septembre 2008 à 13:52 | | Répondre
  • Alors comme ça tu vas dans les bistrots pour utiliser le PQ (enfin, essayer...)

    Posté par le-gout-des-autr, 26 septembre 2008 à 14:19 | | Répondre
  • C'est juste une histoire de cul. Je sens que la fréquentation de ton blog va augmenter...

    Posté par heure-bleue, 26 septembre 2008 à 19:55 | | Répondre
  • C'est bien que saches ainsi aborder les questions de fond qui nous concernent tous hautement...

    Posté par lanfeust55, 26 septembre 2008 à 22:42 | | Répondre
  • karmara, c'est dans le besoin

    qu'on reconnaît les siens

    M. Ciboulette, ça le rend FOU FURIEUX ! depuis, il sort TOUJOURS équipé de SON papier, yen a toujours dans la bagnole.... heu et même dans mon sac à main

    une femme avertie en vaut deux !

    Posté par ciboulette100, 26 septembre 2008 à 23:19 | | Répondre
  • Ce post était plus que nécessaire pour affronter un samedi frisquet.

    Posté par mab, 27 septembre 2008 à 08:25 | | Répondre
  • Je me demandais si un jour quelqu'un oserait en parler, et tu l'as fait. Merci, Karmara bienfaitrice de l'humanité, tu es courageuse.

    Posté par Fauvette, 27 septembre 2008 à 10:30 | | Répondre
  • c'est curieux car lorsque je vais à l'étranger, je me promène toujours avec un rouleau de PQ dans le sac...
    Pourquoi ne pas faire à l'identique lorsque l'on est en france en sachant que ce genre de situation peut être très... embarassante bon WE

    Posté par teresa, 27 septembre 2008 à 11:05 | | Répondre
  • Ton intro m'a fait peur mais on peut toujours compter sur toi pour traiter les sujets fondementaux (euh ! fondamentaux)

    Posté par Ppn, 27 septembre 2008 à 12:05 | | Répondre
  • Encore dans tes élans scato?

    Posté par Lanterne Bleue, 27 septembre 2008 à 19:36 | | Répondre
  • JAPANESE TALK

    Il y a du JM Bigard dans ce post ... Est ce une transgression, une révolte ou la révélation de la face sombre de ton humour ... Hors donc, nos amis asiatiques, trés sensibles au problème, ont EUX résolu cette difficulté en intégrant un kärcher au bassin d'aisance, qui d'un jet tiede et précis, rend au fond des acteurs du monde "proctolitique" sa netteté virginale.
    ça s'appelle avoir le cul propre sans se salir les mains. A méditer....

    Posté par christophe, 28 septembre 2008 à 16:27 | | Répondre
  • @Dpc : voilà enfin une bonne raison pour que je m'inscrive sur Facebook.

    @Sœur Anne : enfin des perspectives pour notre économie !

    @Le Goût : non, en général, j'essaie d'éviter...

    @Heure-Bleue : pas sûr...

    @Lanfeust : un sujet consensuel, pour ne pas dire universel.

    @Cibou : il doit avoir un grand sac à main !

    @Mab : avoir une utilité sociale, c'est ma motivation principale

    @Fauvette : enfin reconnue à ma juste valeur...

    @Teresa : j'avais lu : "Bon WC !”

    @Ppn : impavide je suis ! (mais non ! pas "un peu vide" !).

    @Blue : c'était un post démagogique. Je sais que c'est un sujet qui fonctionne tjs. D'ailleurs, c'est un des rares que tu commentes

    @Christophe : euh... dois-je préciser que je ne suis pas fortement flattée de la comparaison avec J.M. Bigard ? Moi, je n'emploie pas de mots grossiers et je ne crois pas à la théorie du complot !
    Qt à la technique japonaise, elle me semble assez écologiquement incorrecte ! Ou bien ?

    Posté par Karmara, 28 septembre 2008 à 21:57 | | Répondre
  • ya aussi la possibilté de récupérer la cartonette pour nettoyé l'endroit du délit , tu en découpes habilement 2 morceaux , un qui te servira à nettoyer l'orifice qui a consciencieusement officié, et le deuxiéme, tu le plies une fois, et une deuxiéme fois et avec le coin ainsi formé, tu peux récurer l'ongle ou les ongles qui auraient malencontreusement trainé dans la matiére!
    merci qui?
    merci tarmine pour ces belles économies, et avec tarmine, je sauve la planéte!!!

    Posté par tarmine, 29 septembre 2008 à 00:15 | | Répondre
  • Trop forte !

    Posté par Karmara, 29 septembre 2008 à 07:48 | | Répondre
  • Hopopop !!!

    Alors là je dis stop, halte, doucement, du calme ! je m'en voudrais de laisser entendre une quelconque comparaison dégradante ! Jamais senti une communauté d'esprit entre le sus nommé JMB et tôa ! Mille excuses ! En revanche, utiliser quantité de PQ, c'est quelque part s'assoire sur la déforestation, non? Le jet japonnais,je le sens (!) à peine plus pollueur !

    Posté par christophe, 29 septembre 2008 à 17:33 | | Répondre
  • Hopopop ou Au popot ?

    Je ne suis pas experte en production de papier toilette, mais à mon avis cela n'a pas un effet trop néfaste sur les forêts (on fait pousser des arbres à croissance rapide spécifiquement pour certaines productions de papier, me semble-t-i). En revanche, il doit y avoir un certain nombre d'adjuvants chimiques pas trop top pour l'environnement.

    Posté par Karmara, 29 septembre 2008 à 19:32 | | Répondre
  • Pas sure que Bigard te flatte! En revanche, il est toujours je pense, non pas necessaire, mais extremement soulageant de lire que d'autres que soi se sont retrouvés dans les memes grands moments de solitude comme celui decrit ci dessus. On aime appartenir a une communauté. Et tant qu'a faire, si c'est drole, on en redemanderait presque.... de ces moments là!

    Posté par Soph, 29 septembre 2008 à 19:47 | | Répondre
  • Ah ah le manager du macdau, tout à fait ça
    (1ere fois que j'atteris sur ton blog, je compte revenir régulièrement)

    Posté par Shine, 17 novembre 2008 à 23:21 | | Répondre
Nouveau commentaire