11 juin 2007

Chère Karmara
J'me présente, je m'appelle Hélène (Ah bon ! J'aurais cru que c'était Henri...). J'voudrais bien réussir ma vie (T'es vraiment sûre que c'est pas Henri ?). J'adore mon boulot, j'ai un compagnon solide et aimant, une petite maison sise au bord d'une rivière. Y'a même un chat, un tortue, des poissons rouges. Il ne manque rien (Faut que tu arrêtes d'écouter Chérie FM ! Tu files un mauvais coton)... A part un petit bout de chou. J'aimerais tant... prendre un enfant par la main, pour l'emmener vers demain. Pour lui donner la confiance en son pas. Prendre un enfant pour un roi (Merde, éteins cette radio tout de suite ! Tu me fais flipper là !). J'étais prête à sauter le pas, mais mon fiancé m'a donné l'adresse de ton blog — je me demande d'ailleurs pourquoi. Et depuis, je suis en plein désarroi. Karmara, steuplé, rassure-moi. Redonne-moi envie d'avoir envie (Hélène, tu devrais consulter, je te jure. C'est un T.O.C., c'est pas possible !).

CHERE HELENE, Ce n'est pas la première fois que je réponds à un courrier de ce genre. C'est par pure bonté d'âme que je m'y colle une fois de plus (et non, comme pourraient le suggérer certaines mauvaises langues, parce que je suis en panne d'inspiration). J'aimerais te dire :"Vas-y ma poule. Ce soir, ça va être la fête du slip !" Mais, outre que ma bonne éducation m'interdit de tenir ce genre de propos, tu tombes vraiment mal. Ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais faire remonter le taux de natalité en France. En effet, la nuit dernière, Claire a décrété que la vie était trop courte pour dormir. Pour ne pas réveiller sa sœur, nous l'avions rapatriée dans notre lit (fatale erreur !) et de de 2 h 13 à 3 h 49 (environ), elle nous a entretenu du cercle de ses connaissances : "Ouaf Ouaf" (le chien des voisins), "Nette" (Minette, leur chatte) "Amie" (Mamie), "Anout" (qu'on ne présente plus)... En boucle. Ça donnait un truc du genre :
- Ouaf Ouaf ?
- Ouaf Ouaf, il fait dodo. Toi aussi, fais dodo !
- Nette ?
- Minette, elle dort aussi. Arrête de bouger, et dors toi aussi...
- Anout ?
- Anouk, elle dort. En tout cas, elle essaie. Allez, ça suffit...
- Amie ?
- Mamie, elle pionse. Y'a que toi, Papa et Maman qui ne dormons pas. C'est la nuit, tu comprends ?
- Nuit ?
- Oui, la nuit.
- Ouaf Ouaf ?
- ... Christophe, réveille-toi et réponds-lui, STP !
Et à 6 h 37, elle se réveillait fraîche comme une ablette. Nous, on avait plutôt la vivacité d'un poisson pané congelé. Alors, Hélène, je te le dis tout net, si tu veux des mômes, largue ton mec, épouse un milliardaire et engage une nurse qui s'occupera des enfants la nuit pendant que tu dormiras. Prends-en aussi une pour le jour. Non, deux.

(C'est tellement mignon quand ça dort...)

Posté par Karmara à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chère Karmara J'me présente, je m'appelle Hélène

Nouveau commentaire