31 janvier 2007

UNE FIDELE LECTRICE M'ECRIT

(Cela faisait une paye qu'elle ne m'avait pas écrit, ma fidèle lectrice. Je voudrais pas dire, mais c'est une fidélité toute relative... C'est bien la peine que je me donne tant de mal).
Chère Karmara, Pardonne-moi de ne pas t'avoir écrit depuis un moment
(Je veux bien passer l'éponge pour cette fois, mais t'as intérêt à te montrer un peu plus motivée à l'avenir), mais j'ai été très malade. A cause de ça, j'ai perdu mon travail. Mon chien Toto s'est fait renverser par une voiture, et mon dernier petit copain a vidé mon Postépargne et s'est barré avec un culturiste. (ok, ok, je compatis, mais c'est pas une raison pour pas m'écrire... ). Je commence tout juste à remonter la pente, j'ai un nouveau chéri avec qui j'envisage de faire ma vie et même des enfants. C'est justement là que le bât blesse... A en croire ton blog, ma chère Karmara, élever des enfants n'est pas une partie de plaisir. Pourrais-tu me rassurer sur ce point, car tout ce que tu dis est pour moi parole d'évangile... (Y'a intérêt, ma poule !)
Emily

Chère Emily, Je ne sais pas si je dois te dire merci, vu ton inconstance. Mais bon, tu as fait des efforts méritoires malgré quelques insignifiants et minuscules aléas dans ta pauvre vie médiocre (je te le dis en toute amitié). En fait, ta question est : suis-je fidèle à la réalité dans mes propos ? Je dois avouer que non. En fait, je suis bien en deça... Pour te faire une idée, voici mon vrai planning quotidien.
6 h 30 :

- Mouin !
- Deux minutes, j'arrive !
- MOUIN, MOUIN !!!!!!
- ok, ok, ok...
6 h 45 :
Biberon. Dix minutes de répit pendant lesquelles je me rassoupis vaguement.
7 h 15
: Gros caca qui pue, à faire fuir une escouade de mouches à merde. Avec un peu de chance, le caca n'a pas débordé de la couche. Finalement, je n'ai plus envie de petit-déjeuner. J'achèterais un pain aux raisins avant d'aller au boulot...
7 h 30
:
- Anouk, réveille-toi, c'est l'heure...
- Chuis fatiguée.
- Oui, ben moi aussi. Allez, debout !
7 h 50 :
- Maman, j'ai qu'une chaussette ! J'avais pourtant tout préparé la veille (essentielle, la préparation, sinon, faudrait se lever à 5 h 00 du mat'), mais chez nous les chaussettes ont une propension étrange à se désolidariser de leur moitié. La maison doit être hantée par un fantôme unijambiste. - Tiens, en voilà une autre paire.
- Elles sont jaunes !
- Je vois bien qu'elles sont jaunes.
- Et mon pantalon, il est bleu.
- ...
- Et ça va pas ensemble.
- Le soleil, il est de quelle couleur ?
- Jaune.
- Et le ciel ?
- Bleu.
- Et ils vont très bien ensemble ! Allez hop ! chaussettes jaunes et que ça saute !
8 h 10 : Tout le monde est habillé. Dernière inspection.
- Anouk, t'as pas mis ton tee-shirt sous ton sous-pull ! Déshabillage, rhabillage.
- Claire, putain, enlève pas tes chaussures !
- Mouin !
- Anouk, manteau et chaussures, please !
8 h 20 : Départ en catastrophe.
8 h 28 : Je laisse Anouk à l'école.
- On a oublié le cahier de correspondance. La maîtresse va pas être contente.
- Qu'elle aille se faire voir chez les Ossètes !
- Qu'est-ce que tu dis Maman ? C'est qui les Ossètes ?
- Des gens très gentils chez qui elle devrait partir en vacances.
- Dis Maman, nous aussi on ira se faire voir chez les Ossètes ?
8 h 40
: Je laisse Claire chez la nounou :
- Qu'il est gentil votre bébé. Elle l'aime sa tata. Elle dit "Tata ! Tata !"
C'est ça, fous-moi les boules !
9 h 00
: RER. Avec un peu de chance, il n'y a pas eu d'accident de personne, ni de problèmes de caténaire, ou d'informatique, ni de grève surprise suite à une agression du personnel. Et il est à l'heure.
9 h 50 - 18 h 00 :
Je travaille. Trop fastoche.
18 h 25 : RER. Avec un peu de chance, il n'y a pas eu d'accident de personne, ni de problèmes de caténaire, ou d'informatique, ni de grève surprise suite à une agression du personnel. Et il est à l'heure.
19 h 00 :
Je récupère mes filles chez la nounou.
- Maman, la maîtresse elle a dit qu'elle a pas envie d'aller en vacances chez les Ossètes. Elle voudrait t'en parler, d'ailleurs...
19 h 15 : Je fais chauffer la soupe.
- Claire, mange s'il te plaît. J'ai fait la soupe moi-même. Je me suis coupé les doigts en épluchant les légumes. Je me suis brûlée en touillant ce délicieux velouté. Alors tu MANGES !!!
- Mouin !
19 h 45: Bain, dents, pyjama.
20 h 15
: jeux, câlins, lecture.
20 h 30
:
- Allez dodo maintenant !
- Mouin !
- J'ai même pas pu jouer avec ma console !
- Maman est fatiguée, alors dodo !
- T'as qu'à aller te coucher et nous on s'amuse...
21 h 00 : Ça pionse enfin. Il ne me reste plus qu'à ranger le bordel dans la cuisine et le salon, sécher et ranger les jouets de bain, préparer les fringues du lendemain, chercher le cahier de correspondance, lancer une lessive… Ensuite, fidèle lectrice, il ne sera que minuit moins le quart. J'aurai enfin un peu de temps pour répondre à tes angoisses existentielles. Tu veux un vrai conseil d'amie ? Achète un lapin nain.

Posté par Karmara à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur UNE FIDELE LECTRICE M'ECRIT

Nouveau commentaire