28 janvier 2007

SUR LE GRIL

Certains gravissent l'Everest sur des échasses à reculons ; d'autres traversent les océans en écoutant du Pascal Obispo ; des culs-de-jatte manchots deviennent champions de danse de salon ; des abrutis en 4x4 polluent le désert en restant frais et dispo. Et partout, on glorifie leurs exploits. Des héros, eux ? je me gausse… Moi, samedi, je suis allée à Buffalo Grill avec mes gosses !

L'idée de base, c'était : "Comment éviter de faire la bouffe, ce midi ?" Deux options : ne pas nourrir mes filles ou dépenser mes tickets-restau de la semaine prochaine. La première idée était tentante mais, comme le dit le proverbe ingouche : "morveux affamé, c'est sûr va me faire chier". Va pour le restau. La serveuse nous a casées tout au fond du restaurant. Un centimètre de plus, et on était dans le parking. Les bébés font un effet désastreux sur certains clients. Pour eux, c'est synonyme de boxon. En l'espèce, ils n'ont pas foncièrement tort. Mais vu la qualité de la bouffe chez Buffalo Grill, c'est sympa d'avoir de l'animation pour compenser, non ?

J'avais tout prévu : l'assiette Blédichef et la compote pour Claire, le torchon XXL pour éviter les projections intempestives et la tasse anti-fuites. J'avais juste pas prévu que le service prendrait trois plombes. Résultat, elle avait fini de manger alors qu'Anouk et moi n'étions pas encore servies. Pour la faire patienter, je lui ai filé du pain, une serviette en papier rouge dont elle a consciencieusement fait des confettis, le coûteau à steaks, mais hélas, elle n'en a pas voulu... Quand nos plats sont enfin arrivés, elle était cramoisie et soufflait comme une locomotive à vapeur en tendant les bras vers moi. Traduction : "Maman, tire-moi de là TOUT DE SUITE, où j'explose et je vais te faire chier la honte grave de chez grave !" N'écoutant que ma tendresse maternelle, je l'ai extirpée de sa chaise bébé pour la prendre sur mes genoux. Erreur fatale ! Elle a plongé illico les mains dans mon bol de riz. Des centaines de grain blanc et noir sont venus rejoindre les confettis rouges sur le sol.
- Non Claire !
- Mouin !!!!!
Je l'ai posée par terre. Elle s'est agrippée à sa chaise bébé et a entrepris de la pousser dans l'allée. J'avais 10 secondes devant moi ! Je ne croyais pas ma chance ! J'ai enfourné trois bouchées d'un coup du filet de saumon carbonisé qui me faisait office de plat. Puis j'ai couru derrière l'impétrante (ne vérifiez pas dans le dico, cela n'a aucun rapport avec le schmilblick, mais je trouve que cela sonne bien. J'aime bien "canopée" aussi, mais cela va être beaucoup plus dur à caser). Je l'ai rattrapée juste avant qu'elle ne percute un plateau sur roulettes plein de verres.
- Maman, j'ai tombé mon verre d'eau sur mes frites !
Merde, l'autre s'y met aussi ! C'est un complot. La nuit, dans leur chambre, elles fomentent des plans pour me rendre folle, me pousser au suicide et garder leur père et mon Ipod rien que pour elles ! Claire a un an et ne parle pas ? C'est ce qu'elle veut me faire croire ! ………

Je ne serais pas en train de péter un câble, moi ? Le stress du Buffalo Grill... Dans les ouvrages sur les sports extrêmes, j'en avais entendu parler, mais il faut le vivre pour comprendre vraiment. De retour à la maison, j'ai couché Claire pour la sieste, car elle était crevée, cette sale petite peste. J'ai envoyé prestement Anouk au jardin, et fais mine de ne pas entendre quand elle s'est pris un gadin. Quant à moi, je me suis affalée sur le canapé, En contemplant par la fenêtre la beauté de la canopée.

Posté par Karmara à 22:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur SUR LE GRIL

Nouveau commentaire